Accueil    Sports    Business Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Femmes    Pratique    Le Mali    Publicité
NEWS
Politique Économie Sport Société Faits Divers Culture NTIC Région Afrique Diaspora
Comment faire de la publicité sur abamako.com?

Accueil
News
Coulisses

Recherche:


Coulisses
Attentat terrorisme à l’hôtel Radisson Blu : le calme olympien des forces spéciales maliennes

Le Prétoire -  23/11/2015 -  Qui l’aurait crue capable d’un tel exploit ? Qui donnerait sa main à couper pour elle ? En effet l’unité d’élite de la police et de la gendarmerie nationale vient de clouer le bec à ses ennemis. Le vendredi, lors de la prise d’otage à l’hôtel Radisson Blu, ces forces spéciales ont démontré aux Maliens sceptiques que le pays tout entier peut compter sur elles. Elles ont fait un travail professionnel, avec devouement et courage. Certes il y a eu des pertes en vie humaine, mais nous saluons la bravoure des éléments des forces spéciales maliennes.

Comité de suivi de l’accord de paix (CSA) - La Compis 15 donne les raisons de son rejet

Le Prétoire -  6/10/2015 -  Les mouvements membres de la Coordination des mouvements prônant l’inclusivité et signataires de l’Accord le 15 mai (Compis 15) se battent toujours pour siéger au sein du Comité de suivi mis en route après la signature de l’Accord de paix en mai dernier. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce vendredi 2 septembre à la Maison de la Presse, la Compis 15 a pointé du doigt le Comité de suivi qu’elle accuse d’avoir foulé aux pieds les dispositions de l’Accord en l’empêchant de siéger en son sein. En effet, la médiation, si l’on en croit le porte-parole de la Compis, a essayé de compartimenter les mouvements de leur coordination en ‘’grands’’ signataires de droit, en ‘’moindres’’ signataires et en non-signataires. Or, fait remarquer Mohamed Attaib Sidibé, au terme de l’article 58 de l’Accord, tous les mouvements signataires sont membres du CSA. Mieux, l’alinéa 2 de l’article 67 du même document précise que les signataires, au nom de la Coordination et de la Plateforme, le font au nom de chacune et de toutes ces entités. Partant, M. Sidibé est arrivé à la conclusion que le CSA a violé l’Accord qu’il est pourtant censé suivre, en catégorisant notamment les signataires. La Compis 15, à en croire son Coordinateur national, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, part du principe qu’il faut traiter tous les mouvements signataires de la même façon. Suite à des récentes discussions avec la CMA et la Plateforme, explique-t-il, il était convenu qu’il n’y aura pas de quatrième partie, et que la Compis pouvait rejoindre l’une partie (CMA ou Plateforme) de son choix, avec les mêmes avantages en termes de représentativité que les mouvements à l’intérieur. Aussi, l’ensemble des mouvements de la Compis 15 devrait-il négocier directement avec la médiation son quota de représentativité dans les structures de mise en œuvre de l’Accord sans aucune interférence de la CMA et de la Plateforme. «Maintenant, de bonne foi, on leur a dit de rectifier cela à la médiation. Avant de rectifier, ils [les mouvements de la CMA et la Plateforme, Ndlr] ont les données et sont partis avec l’offre que nous prenons graduellement (…). C’est qu’ils ont proposé unilatéralement 1 siège pour la CPA, 1 siège pour la CM-FPR II et 4 sièges à raison de 1 dans chaque comité… ». Toute chose avec laquelle la Compis a exprimé son désaccord, souhaitant être traitée de la même façon que tous les autres membres du CSA. Si elle est d’accord avec le principe des trois parties, la Compis n’a toujours pas décidé si elle ira vers la Plateforme et la CMA. Elle souhaite toutefois que le camp qu’elle aura à intégrer ait plus d’équipe en son sein, notamment en terme de représentativité. Selon Mohamed Ousmane, la mise à l’écart de la Compis de la composition du CSA s’explique d’abord par le fait que la CMA n’a jamais caché sa volonté d’avoir le monopole de la signature. «Moi étant de Tombouctou ou de Gao, j’ai refusé de donner le monopole de la signature à quelqu’un que je vais chercher avec une torche demain, alors qu’il y a des problèmes à gérer. Voilà pourquoi on nous rejette», affirme Mohamed Ousmane qui estime par ailleurs qu’on ne peut rejeter la Compis 15 pour la simple raison qu’elle a sa place. D’autres conférenciers ont expliqué ce rejet par l’implication de la France qui, selon eux, a toujours voulu faire de la question du Nord une histoire des seuls touaregs, en qualifiant des groupes comme la Compis de société civile. «Nous sommes rejetés parce que nous gênons le schéma de la France, il ne faut pas perdre de vue. Tous ceux qui se disent républicains doivent être, expliquent-ils, réduits, sinon exclus de la chose». Le Coordinateur national de la Compis a par ailleurs fait savoir que son organisation est en parfaite symbiose avec ses combattants. Mieux, la compis est prête à aller au cantonnement, car à ce jour, contrairement à d’autres mouvements, elle sait qui et quelles armes cantonner. «Notre bonne foi est là pour cantonner, mais on ne cantonnera pas en marchant sur les droits de nos populations», a prévenu Mohamed Ousmane, affirmant que la Minusma est en train en ce moment même de sillonner ses bases. Faut-il rappeler que le mardi 29 septembre 2015, soit la veille de l’ouverture de la 4ème réunion du Comité de suivi, la Plateforme et la CMA, dans un communiqué conjoint, avaient décidé de suspendre leur participation aux travaux des sous-commissions thématiques du CSA. Les deux groupes armés dénoncent «l’intrusion de nouveaux acteurs dans le processus de mise en œuvre de l’accord», en l’occurrence la Compis 15, forte de 6 mouvements. Bakary SOGODOGO

Sélingué - L’insécurité est montée d’un cran

Le Prétoire -  6/10/2015 -  La sécurité à Sélingué est plus que préoccupante. Les populations et en particulier les filles qui paient le plus lourd tribut par des cas de viol à répétition sont indignées. Plusieurs personnes de profession différentes se sont vues spolier en une seule nuit le fruit de tant d’années d’effort et de labeur. Aucune couche sociale n’est épargnée. Des Gendarmes en passant par des jeunes filles aux hommes d’affaire de cet arrondissement sont dans le viseur de ces quidams, ces hommes sans aucune dignité. En effet, la femme d’un gendarme en service à la Brigade territoriale de la ville a reçu la visite de ces bandits à son domicile armés jusqu’aux dents. Usant d’armes à feu, ces visiteurs d’une nuit somment la bonne dame de leur fournir tout ce qu’elle possède. C’est ainsi que les quidams vaquent à ce qu’ils savent faire le mieux, s’accaparer du bien d’autrui. Et cela est devenu monnaie courante dans cette petite bourgade, où la nuit tombée l’inquiétude gagne les populations. Malheur aux jeunes filles qui arpentent la ville seule à une certaine heure de la nuit. Elles sont sous la menace d’armes blanche ou à feu trainée par ces quidams dans la broussaille et violée par la suite. Il urge que les autorités en charge de la sécurité se penchent sur le cas de cette localité.

Insécurité galopante à Sélingué - Le refus de collaboration de la population sape les efforts de la Gendarmerie

Le Prétoire -  6/10/2015 -  «Audi, vide, tace, si vis vivere ». Ce proverbe latin qui signifie « Ecoute, observe et tais-toi, si tu veux vivre », résume bien le malaise que vivent au quotidien les Gendarmes de la Brigade territoriale de Sélingué. Là-bas, que vous soyez victime ou témoin d’un vol, vous devez rester muet comme une carpe, au risque de passer un sale quart d’heure, pire, prendre être sous la menace des parents du bandit. C’est la psychose totale dans les familles des Gendarmes dans cette localité qui peinent désormais à « collaborer » avec les populations. Car si un gendarme met la main sur un bandit, ce sont les parents qui s’invitent au poste pour défendre la cause de leur enfant fautif. Si l’agent persiste et défère ce dernier à Yanfolila, c’est sa famille qui reçoit des menaces. Il arrive des fois où les enfants de cet agent sont pris pour cibles par les amis et parents du bandit en question. La théorie du règlement de compte n’est donc pas à écarter et cela sape les efforts des agents de la Brigade territoriale de Sélingué.

Situation au nord : Confusion totale…

L’aube -  10/9/2015 -  De plus en plus, le nord du pays bascule dans le chaos et l’incertitude à cause de l’incapacité des acteurs à gérer la crise. D’abord, le gouvernement, après avoir fait de nombreuses concessions politiques à la rébellion, ne semble plus avoir d’autres solutions, ni politiques, ni diplomatiques et encore moins militaires. Pour sa part, la rébellion de Kidal, regroupée au sein de la Cma, multiplie les surenchères et chantages avec la complicité de ses soutiens extérieurs. Quant à la Minusma, des questions se posent au sein de l’opinion sur ses véritables missions au Mali. D’où la colère des Maliens à l’adresse de cette mission onusienne, accusée d’être partiale, voire d’être complice de la Cma. Les rebelles dictent leur loi à Tombouctou La région de Tombouctou est en proie à une insécurité grandissante à cause de la présence de plusieurs groupes armés qui bénéficient d’une impunité totale. Ainsi, l’axe Goundam-Tombouctou ; Niafunké-Goundam-Bintagoungou et la zone de Ber (une localité contrôlée par les rebelles et leurs complices) sont devenus des zones d’insécurité par excellence. Ici et là, des usagers et de simples citoyens sont fréquemment attaqués et dépouillés par des bandits armés. Conséquences : les populations ont aujourd’hui le sentiment d’être abandonné par l’Etat.

Mali, les musulmans wahhabites vent debout contre la France

Autre presse -  31/3/2015 -  Le président du Haut Conseil Islamique malien (HCI), l'Imam Mahmoud Dicko, d'obédience wahabite, a reproché en privé au président malien Ibrahim Boubacar Keita, surnommé IBK, d'avoir participé aux cotés de François Hollande à la manifestation du 11 janvier qui a eu lieu à Paris en mémoire des journalistes de Charlie-Hebdo. Rappelons que Dicko qui représente la majorité des musulmans maliens aura été, lors des élections présidentielles de 2012, le principal soutien d'IBK. La complicité entre les deux hommes date d'une douzaine d'années. Autant dire que l'alliance entre François Hollande et IBK n'est guère solide. Autre manifestation de l'hostilité à la France, la famille de Lassana Bathily, l’employé du supermarché Hyper Casher de Paris, devenu un héros à Paris pour son comportement pendant la prise d’otage, en janvier, a reçu des menaces lorsque le jeune homme est revenu au pays. C'est du moins ce que révèle le site le Monde Afrique.

Vivement le prochain Congrès de l’ADEMA à GAO

Infosept -  30/3/2015 -  Comme Alpha l’avait fait en 2002 en délocalisant pour la première fois l’organisation des festivités du 22 Septembre à Kidal, comme ATT en 2008 qui avait tenu un Conseil des ministres historique à Sikasso, si l’ADEMA veut annoncer son retour elle devra songer à délocaliser la tenue de son prochain Congrès à Gao pour soutenir le processus de Paix et de Réconciliation nationale. O’BAMBA

L’Hôpital du Point G doté d’une station d’épuration des eaux usées

Infosept -  12/1/2015 -  Le Centre hospitalier universitaire du Point G a désormais une station d’épuration des eaux usées. Elle a été inaugurée la semaine dernière par le désormais ancien ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et de l’Eau, M. Abdoulaye Idrissa Maïga. C’est un financement de l’Etat à hauteur de 748 032 201 millions de FCFA. Ce montant, en plus de la construction de la station a permis, selon la directrice général de la l’Angesem, Mme Sangaré Assain Sima, de construire le bâtiment administratif, de sécuriser le site, d’aménager la cour et la voie d’accès, et de reprendre totalement le réseau d’égout sur environ 2000 ml avec 3 postes de relevage. Pour la directrice, les hôpitaux, tout comme celles des industries sont des déchets spéciaux qui requièrent des traitements appropriés. Elle a profité pour expliquer que la station est équipée d’une technologie de pointe. Très économe en énergie, c’est une variante du procédé de traitement par boue activée qui fonctionne en mode discontinu avec un seul bassin et occupe par conséquent très peu d’espace. Le volume utile de l’ouvrage est 550 m3 pour un traitement journalier de 300m3 d’eaux usées. «La construction de cette station, une première du genre en milieu hospitalier au Mali, doit être saluée et encouragée» a lancé le désormais ancien ministre de l’Assainissement de l’environnement et de l’eau qui a présidé la cérémonie d’inauguration.

Spéculations foncières : l’UACDDDD en sit-in devant l’Assemblée Nationale !

Infosept -  12/1/2015 -  Les responsables et militants de l’Union des Coordinations d’Associations pour le Développement et la Défense des Droits des Démunis (UACDDDD) étaient en sit-in le jeudi 8 janvier 2015 devant l’Assemblée Nationale pour exprimer leur soutien au Gouvernement dans la procédure de la levée de l’immunité parlementaire de l’honorable Mahamadou Gassama pour qu’il réponde devant la justice pour les faits qui le concernent comme les cas de spéculation foncières et tentative d’assassinat sur la dame Maro Coulibaly. En effet, sur les banderoles on pouvait lire «l’Assemblée Nationale ne peut pas être le nid des spéculateurs fonciers», «soutien indéfectible et encouragements au Président de la République et au Gouvernement dans la lutte contre l’injustice, l’impunité, la corruption et la spéculation foncière», «non aux prédateurs et aux vampires fonciers de la République». Ainsi, selon M. Massa Koné, secrétaire aux relations extérieures de l’UACDDDD, le Gouvernement du Mali a décidé de lutter contre la corruption. Tout en indiquant que nul ne sera au dessus de la loi. A l’en croire, pendant ce temps, des personnes comme l’honorable Mahamadou Hawa Gassama se barricadent derrière leur couverture pour se croire au dessus de la loi. « La personne du député ne nous dit rien, ce sont les faits qui lui sont reprochés qui nous concernent, nous voulons que pour la manifestation de la vérité, qu’on le mette à la disposition de la justice, cela ne peut arriver que par la levée de son immunité parlementaire », a indiqué M. Koné. Toujours, selon M. Koné «s’il est coupable, qu’il soit puni conformément à la loi, et s’il ne l’est pas que la vérité se sache et que cette affaire prenne fin, car c’est une affaire qui est là depuis plusieurs années sans que le député ne soit mis à la disposition de la justice pour la manifestation de la vérité».

Ancardine et Maouloud 2015 : des prières et bénédictions pour le Mali

Infosept -  12/1/2015 -  La fête du Maouloud, célèbre la naissance et le baptême du prophète Mohamed (PSL). Elle est célébrée chaque année par des millions de musulmans à travers le monde, notamment au Mali, où cette fête est particulièrement suivie. Ainsi pour la 4ème fois, le guide spirituel des Ançardines, Ousmane Chérif Madani Haïdara était au stade du 26 mars à Yirimadio où des milliers de fidèles musulmans nationaux et internationaux se sont drainés pour écouter ses prêches et prendre les bénédictions. Vue la situation du pays, le Maouloud 2015 a été placé sous le signe de la réconciliation nationale et de la lutte contre la maladie à virus Ebola. Ainsi, tous les accès du stade qui a refusé du monde (de fideles) étaient équipés de dispositifs de lavage de mains. Dans ses prêches pour les deux nuits à savoir celle de la naissance et du baptême, le guide spirituel, après la lecture du Saint Coran fait des bénédictions et prières pour le Mali, tout en exhortant les uns et les autres à se laver régulièrement les mains au savon et d’éviter les contacts pendant les salutations

Charlie Hebdo : la CEDEAO rappelle la nécessité de lutter contre l’extrémisme et le terrorisme

Infosept -  12/1/2015 -  Suite à l’attentat perpétré le 7 janvier dernier au siège du journal satirique français « Charlie-Hebdo », la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), dans un communiqué publié rappelle «la nécessité pour la communauté internationale de poursuivre, avec plus de détermination, les efforts dans la lutte contre l’obscurantisme, l’extrémisme et le terrorisme sous toutes ses formes ». Dans ce même communiqué, l’organisation régionale condamne «avec la plus grande fermeté» l’attentat contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo qu’elle a qualifiée d’acte «intolérable contre la démocratie». «Dans ces moments difficiles pour la France et de recueillement en mémoire des illustres disparus, martyrs de la liberté», la CEDEAO «s’associe au deuil de la nation française et adresse ses condoléances les plus attristées à François Hollande, Président de la République Française, à son Gouvernement ainsi qu’aux familles éplorées» indique la même source. La CEDEAO a réitéré à la France «tout son soutien et son accompagnement dans ce combat légitime pour la défense et la promotion des les libertés fondamentales».

Capture de trois individus et saisie d’armes à Kidal : La Minusma infiltrée

Autre presse -  24/10/2014 -  Suite à des renseignements d’opportunité, les forces françaises ont mené une opération le 17 octobre à Kidal, ciblant le groupe de commanditaires de l’attaque du camp de la MINUSMA du 7 octobre 2014 ayant coûté la vie à un casque bleu sénégalais. Cette opération a été menée quelques jours seulement après cette attaque. Lors de cette opération, un stock important d’armements et de munitions (des milliers de munitions de calibre 7.62 /12.7/14.5 et jusqu’à 23mm) a été retrouvé au domicile d’une personne impliquée directement dans cette attaque. Ces munitions correspondent à celles qui ont déjà été utilisées lors d’attaques terroristes contre la Minusma. Parmi l’armement, la force Barkhane a notamment trouvé des lance-roquettes, des dizaines de roquettes RPG7 et des explosifs. Du matériel électronique et des grenades ont également été saisis par les forces françaises. Les renseignements recueillis permettent de continuer les investigations, afin de remonter la filière jusqu’au commanditaire, actuellement en fuite, de cette attaque terroriste. Ils permettent aussi de remonter jusqu’aux groupes armés terroristes qui attaquent et menacent les forces multinationales de sécurité. Trois personnes ont été capturées et sont actuellement retenues par les forces françaises. Elles seront transférées rapidement aux autorités maliennes. Par cette opération la force Barkhane rappelle sa détermination à ne laisser impuni aucun des actes terroristes qui entravent la liberté dans le Nord-Mali et qui ont coûté la vie à des soldats. La force Barkhane, en lien avec la Minusma, agit sans relâche pour conserver la paix dans le Nord-Mali. Source : Barkhane

Périple du ministre Camara en Europe et aux Usa : Que faisait l’ex-ministre Hamadoun Touré dans la délégation ?

Le Prétoire -  5/6/2014 -  Un fait a attiré notre attention lors du voyage du ministre de la communication en Europe et aux Etats Unis d’Amérique. Il s’agit de la présence de l’ex-ministre de la communication sous la transition, Hamadoun Touré. Que faisait-il réellement dans cette délégation quand on sait que l’homme, après le limogeage de son ex-mentor Cheick Modibo Diarra, ne réside plus au pays ? Etant à cheval entre Abidjan et Dakar, il est coupé des réalités du terrain et ne devrait pas accompagner un ministre en mission. Surtout que pendant la transition, l’octroi de la troisième licence de téléphonie aurait été entaché de fraude et de magouilles qui porte aussi ses empreintes digitales. La Rédaction

Révélations sur les affrontements du mercredi 21 mai à Kidal : 2000 bandits armés ont combattu l’armée malienne, 120 d’entre eux ont été tués

L’Indépendant -  5/6/2014 -  Quinze jours après les affrontements du 21 mai, les langues commencent à se délier sur certains errements du commandement malien. De sources proches des forces internationales présentes à Kidal, ce sont plus de 2000 bandits armés qui ont pris part au combat. Alors que l’armée malienne croyait à faire à six cents ou sept cents hommes. Cette erreur d’appréciation a été fort préjudiciable pour les FAMA qui ont perdu la bataille. Autre révélation, plus de 120 rebelles ont été tués au cours des combats. Le manque de renseignement semble avoir été l’un des facteurs essentiels qui ont précipité la déroute de l’armée dans les affrontements du mercredi 21 mai à Kidal. Cela a, d’ailleurs, été signalé par le ministre porte-parole du Gouvernement, Mahamane Baby lors de son allocution télévisée demandant au nom du chef de l’Etat un » cessez-le-feu « . Selon des sources proches des forces internationales présentes à Kidal, l’armée malienne n’avait pas toutes les bonnes informations relatives non seulement à l’effectif des groupes armés, mais aussi à leur répartition et aux types d’armements que ceux-ci avaient en leur possession. Vu de l’armée malienne, leur effectif oscillait entre six cent et sept cents hommes. Et c’est sur cette base que le commandement opérationnel a établi son plan de bataille avant d’ouvrir le feu. Recoupements faits, ce sont en réalité plus de 2000 bandits armés qui ont pris part aux combats. Ils proviendraient du MNLA, du MAA, du HCUA et des jihadistes issus des organisations terroristes notamment AQMI, MUJAO, etc. La stratégie de ces éléments armés a consisté à déployer en début de matinée quelques centaines d’hommes pour combattre l’armée malienne. Lorsque ceux-ci ont été défaits et les locaux du Gouvernorat passés sous le contrôle des soldats, les rebelles ont fait appel à des renforts, disons complices dont certains étaient cachés dans des habitations et d’autres dans la périphérie de Kidal. L’arrivée de ces renforts a fait basculer les rapports de force du côté des bandits armés qui sont parvenus à déloger l’armée des positions qu’elle occupait et à la chasser de la ville. En dépit de ce » succès militaire « , les rebelles semblent avoir aussi perdu beaucoup de leurs hommes. 120 d’entre eux ont été tués. Beaucoup d’autres ont été blessés. Les cas les plus graves ont été acheminés dans le Sud algérien précisément à Tamanrasset. C’est le lieu de rappeler que ce n’est pas la première fois que les blessés de ces groupes armés sont conduits dans certains pays voisins pour y recevoir des soins. Ils profitent souvent des frontières poreuses pour s’incruster et s’approvisionner en vivres et carburant. Abdoulaye DIARRA

Tentative de faux, usage de faux et intimidation à Koulouba : Un conseiller spécial d’IBK pris la main dans le sac

Le Caiman de indè -  26/10/2013 -  Malgré son inculpation par le pôle économique pour abus de confiance dans le cadre de sa gestion du sport équestre, le secrétaire général de la fédération malienne d’hippisme et non moins conseiller spécial du président IBK continue avec ses anciennes pratiques qui contrastent avec la volonté de rupture exprimée par le peuple et qui ternissent l’image de Koulouba. Se disant protéger par IBK après ATT, il n’a pas d’égard pour les pauvres citoyens. En effet, pas plus tard que la semaine dernière, son bureau de conseiller spécial du Président de la République a servi de cadre à une tentative d’intimidation sans pareille à Koulouba. Les victimes ne sont autres que les pauvres présidents des ligues hippiques de Kayes, Koro, Nioro, Troukoumbé et Bankass, qu’il accuse d’avoir envoyé une correspondance pour demander le renouvellement du bureau fédéral qu’il dirige depuis 14 ans. Les faits Après 14 ans à la tête de l’hippisme, la gestion mafieuse et clanique de Mamadou Tièoulé Konaté a été mise à nue lors du grand prix du cinquantenaire. Suite à une plainte du trésorier de la fédération, le conseiller spécial de ATT de l’époque fut inculpé par les limiers du pôle économique pour abus de confiance portant sur un montant avoisinant les 140 millions de FCFA. Bénéficiant de la protection du clan de son mentor, il n’a jamais été inquiété. Plus grave, il n’a jamais cessé de narguer la justice, encore moins l’administration du sport. Face à cette injustice, les victimes du fils de Tièoulé Konaté avaient vu en l’arrivée d’IBK, la fin de leur calvaire. Comme pour rappeler qu’avec IBK ou ATT, la loi du plus haut perché reste toujours la plus forte, le conseiller spécial du présent de la république vient de s’adonner à un acte suicidaire à plus d’un titre. En effet, contrarié par une lettre des 80% des ligues hippiques du Mali adressée à la fédération malienne d’hippisme pour leur rappeler la nécessité du renouvellement de la fédération dont le mandat arrive à expiration le 5 décembre prochain, Mamadou Tièoulé Konaté n’a trouvé mieux que son bureau à Koulouba pour tenter d’intimider les pauvres responsables de ces différentes entités. L’amère expérience a été faite à 4 jours de la fête par le président de la ligue de Kayes. Invité d’urgence depuis Kayes à Koulouba, celui-ci aurait été intimidé pour avoir adressé une correspondance à sa majesté, allergique à toutes contradictions. Pis, En plus de la tentative d’intimidation, le conseiller spécial a montré ses talents de spécialiste en faux et usage de faux. Au nom de sa fonction à Koulouba, il a voulu avec la complicité du président marionnette de la fédération, Mamadou Baba Sylla, exiger aux présidents des différentes ligues collés aux textes de signer une lettre qu’il a soigneusement rédigé et antidatée dans son bureau en leur nom pour se contredire. Toute cette gymnastique pour qu’il puisse continuer à abuser des biens de la discipline en violation de tous les textes. Malheureusement pour lui, dans la précipitation, il a mentionné sur toutes les lettres qu’il a expédié où remis aux présidents des différentes ligues, la mention « fait à Bamako le 22 octobre 2013 », en lieu et place de Kayes, Koro, Nioro, Troukoumbé et Bankass. En plus des lieux, la date du 22 octobre 2013 qu’il a apposé deux semaines avant le jour J est inquiétant de la part d’un banquier, à plus forte raison un conseiller spécial du président IBK. Cela s’apparente à du faux et usage de faux selon certains juristes. Il ne reste plus à Mamadou Tièoulé Konaté d’utiliser la signature des différents présidents de ligues pour parvenir à ses fins. Franchira-t-il le pas ? Le connaissant, certains répondent par l’affirmatif. De toutes les façons, les présidents des ligues concernées n’entendent pas céder aux intimidations du conseiller spécial d’IBK. Sans parler des machines et du papier de l’Etat qu’il a utilisé pour son sale besogne, il est révoltant de constater que malgré la volonté de rupture clairement affichée par le peuple, que Mamadou Tièoulé Konaté continue d’utiliser Koulouba pour intimider les pauvres citoyens. Aux dernières nouvelles, les responsables des ligues de Kayes, Koro, Nioro, Troukoumbé et Bankass seraient en routes pour Bamako afin de saisir les autorités compétentes pour des dispositions à prendre. Il n’exclurait pas de saisir IBK pour qu’il puisse circonscrire de telle pratique. Plus que jamais, il est temps que le pôle économique et le directeur national des sports s’assument dans un bref délai. Cela d’autant plus que les victimes de Mamadou Tièoulé Konaté n’entendent plus se laisser faire. Que disent les textes ? Dans le statut et règlement en vigueur qu’il a lui-même rédigé en catimini, il est clairement dit dans l’article 12.2 que le mandat de la fédération est de 4 ans. Sachant qu’elle a été mise en place le 05 Décembre 2013, logiquement son mandat doit prendre fin le 5 décembre prochain. En dépit de la clarté des textes, le trio contesté qui aurait d’autres intérêts dans cette affaire entend faire 5 ans contrairement aux autres fédérations du pays. C’est cette violation des textes qui a toujours caractérisé la fédération que les ligues ne sont plus disposées à accepter. Près au clash, les ligues se disent compter sur la sagesse du comité olympique national et le département des sports pour veiller à l’application scrupuleuse des textes. A défaut, ils se réserveront le droit d’organiser leur propre congrès. Pour les responsables des ligues, être conseiller du Président de la République ne doit mettre personne au dessus des lois. A suivre

Tombouctou Des islamistes traqués

Le Scorpion -  20/2/2013 -  Sept islamistes, dont un chef logisticien du groupe Ansar Dine, ont été présentés ce week-end à la Boîte Nationale à Images comme ayant été capturés lors d’opérations d’une patrouille mixte à Tombouctou et environs, au nord-ouest du pays. Quatre des 7 personnes arrêtées sont de nationalité malienne et les trois autres de nationalités étrangères, a indiqué le Colonel Kéba Sangaré. Un des sept djihadistes, Mohamed Ahmed, présenté comme le chargé de logistique du groupe islamiste Ansar Dine dans la localité de Léré, proche de la frontière mauritanienne, a été trouvé en tenue militaire et en possession d’armes et de grenades. Dans le groupe, figure également un instructeur en chef, le reste étant constitué d’éléments ayant pris part à l’offensive islamiste de la mi-janvier contre la localité de Konna, dans le centre du pays.

Bamako /Une nouvelle route: A quel prix ?

Le Scorpion -  20/2/2013 -  Le bitumage de la route reliant le pont chinois ou 3ème pont du District de Bamako à la route de Koulikoro nécessitera des déviations aux automobilistes et autres motocyclistes. Plusieurs routes d’accès à l’ouvrage et la Nationale 27 Bamako-Koulikoro ont été fermées à la circulation depuis mardi. Quelques heures avant cette fermeture, la Direction nationale des routes avait publié un communiqué informant les usagers de cette impopulaire décision et les mesures prises pour éviter les bouchons. Le chaos durera un mois, les désagréments, il y en aura, mais ils seront minimisés pour le public qui emprunte quotidiennement ladite route. La fermeture ou l’ouverture des voies concernées se fera de façon séquentielle en fonction des besoins de l’entreprise chinoise en charge des travaux. Il s’agira, aussi, de limiter les bouchons gigantesques. Les travaux prendront fin en avril. La route qui sera bitumée s’étend sur 1,5 km. C’est une véritable autoroute en deux fois deux voies. Le financement sera assuré par la partie chinoise.

Soutien aux groupes terroristes : Deux avions qataris à la rescousse des djihadistes au Mali ?

Le 26 Mars -  18/2/2013 -  Des informations font état de l’atterrissage, ces derniers temps de deux avions du Qatar au nord du Mali pour transporter des djihadistes et empêcher leur arrestation ou leur élimination par les armées française et malienne. En effet, le Qatar, qui n’a pas démenti l’information avait exprimé son désaccord concernant l’intervention militaire française, dans notre, après avoir proposé d’assurer la médiation entre le Mali et les terroristes. A noter que le Qatar a toujours été soupçonné de financer les djihadistes qui sévissaient au nord du Mali et dans d’autres régions du monde.

Régions nord du Mali : La guerre psychologique des terroristes

Le 26 Mars -  18/2/2013 -  Ils ont certes posé ça et là des mines anti personnelles (mais tout en appelant à la prudence autant des forces Armées maliennes et leurs alliées sur le terrain que nos populations des régions du nord) qui ont déjà fait des victimes, il est indéniable que les terroristes, en annonçant avoir miné toute les routes nationales dans le nord, jouent actuellement à faire peur.

Élections generales de 2013 : Pourquoi se précipite-t-on ?

Le 26 Mars -  18/2/2013 -  Les Autorités de la Transition du Mali veulent vaille que vaille organiser les élections et dans un avenir très proche. Elles viennent ainsi de fixer les dates pour les différentes élections (Présidentielle couplée des Législatives) qui se dérouleront les 7 et 21 juillet 2013. Mais, pourquoi cette précipitation au moment où la guerre contre les djihadistes est en cours et le retour des maliens réfugiés dans des pays voisins est loin d’être effectif. Après les taux de participation de 25% et de 35%, va-t-on cette fois vers les 5% ? Vivra, verra !

Situation au nord du Mali : Un recruteur d’Al-Qaïda arrêté au Sénégal

Le 26 Mars -  18/2/2013 -  Des sources dignes de foi nous indiquent qu’un jihadiste recruteur pour le mouvement islamiste Al-Qaïda a été arrêté dans le village de Pakour dans la région de Kolda au sud du Sénégal. Il s’agit en fait d’un ressortissant mauritanien (Mouhamed Ahmed Aîdara âgé de 34 ans), un chef d’un groupe très actif d’Al-Qaïda. Au moment de son arrestation, il était entrain d’endoctriner et de recruter des jeunes pour les enrôler pour combattre dans le nord du Mali. L’arrestation a été confirmée par le commandant de la gendarmerie de la localité.

Le geste du jour: le coup de tête de Drogba

AFP -  30/1/2013 -  Muet depuis le début de l`épreuve et surtout très inquiétant après deux prestations sans relief, Didier Drogba, aligné avec les "coiffeurs" ivoiriens, a inscrit son premier but dans le tournoi contre l`Algérie sur une tête splendide (2-2). De quoi donner des migraines au sélectionneur Sabri Lamouchi dans l`optique du quart de finale contre le Nigeria, dimanche. Le technicien français reléguera-t-il la star des Eléphants sur le banc de touche au coup d`envoi, comme face à la Tunisie (3-0)? La pression est en tout cas désormais sur ses épaules.

CAN-2013 - Focus/ La déclaration du jour: "C`est mieux de gagner une fois dans la vie que d`aller en quart à chaque fois et ne jamais rien gagner".

Autre presse -  29/1/2013 -  Le sélectionneur de la Zambie Hervé Renard a relativisé "l`échec" de son équipe, tenante du titre et éliminée dès le premier tour après son 0-0 face au Burkina Faso. "C`est mieux de gagner une fois dans la vie que d`aller en quart à chaque fois et ne jamais rien gagner, a dit le Français. Ca n`efface pas l`échec, mais je suis très fier de mes joueurs. Même dans les moments difficiles, il faut faire les bonnes analyses. Tout le monde est triste, bien sûr, mais on a fait le maximum. Les joueurs ont fait un très bon match mais n`ont pas marqué".

CAN-2013 - Focus/ Le chiffre du jour: 21

AFP -  29/1/2013 -  Cela faisait 21 ans qu'un tenant du titre n'avait pas été éliminé au 1er tour d'une CAN. La Zambie de Hervé Renard, qui a aligné 3 matches nuls dans le tournoi, a donc fait aussi bien (ou mal) que l'Algérie, championne d'Afrique en 1990 et incapable de s'extraire des poules deux ans plus tard. Avec deux petits buts inscrits en 3 rencontres, les Chipolopolos auront payé très cher leur manque d'efficacité chronique, un an après avoir créé une énorme sensation en dominant les 3 grands favoris (Sénégal, Ghana, Côte d'Ivoire) et d'être sacrés champions d'Afrique. kn-ybl/bm

CAN-2013 - Focus / Le geste du jour: Gyan moque de la main le blabla des détracteurs

AFP -  28/1/2013 -  Le capitaine du Ghana Asamoah Gyan, critiqué dans son pays pour être resté muet lors des deux premiers matches, a mimé et moqué d'une main, le pouce rejoignant les quatre autres doigts, les doutes exprimés à son encontre, au moment de célébrer son ouverture du score face au Niger (3-0). "Baby Jet" a ensuite délivré une passe décisive au jeune Atsu et été à l'origine du troisième but. Même si le Niger était l'une des équipes les plus faibles du plateau sud-africain, Gyan a répondu présent. Fera-t-il taire les Cap-Verdiens en quarts?

CAN-2013 / Les cancans de la CAN : Joie

AFP -  28/1/2013 -  Les joueurs du Cap Vert n'ont pas hésité à bousculer le protocole d'après-match pour fêter leur qualification historique pour les quarts de finale. Les Requins Bleus ont débarqué en nombre à la conférence de presse avec drapeaux, vuvuzelas et chapeaux aux couleurs de leur pays avant d'être gentiment reconduits à l'extérieur de la salle par les officiels de la Confédération africaine et du comité d'organisation.

CAN-2013 - Les cancans de la CAN : Precaution

AFP -  28/1/2013 -  Afin de prévenir d'éventuels débordements de la part des supporteurs de la RD Congo pendant le match contre le Mali, des policiers ont été massés juste devant leur tribune dans le stade de Durban et des barrières déployées. Les organisateurs avaient sans doute en mémoire l'envahissement du terrain par deux fans congolais après l'égalisation face au Ghana à Port Elizabeth (2-2).

CAN-2013 - Les cancans de la CAN : Superstars

AFP -  28/1/2013 -  Le meneur de jeu burkinabé Alain Traoré n'a pu se retenir de rire lorsqu'on lui a demandé si l'euphorie avait gagné les Etalons, et s'ils se prenaient tout à coup pour des "superstars". "La question...", a-t-il commencé avant de pouffer, manifestement surpris de se voir prodiguer cette étiquette. "On sait qui on est, a-t-il repris. Le Burkina n'est pas encore qualifié, il faut garder la tête sur les épaules. Se considérer comme le favori ou prendre la grosse tête, ce n'est pas dans l'éducation des Burkinabés. Mais je vais laisser la parole au capitaine". Et de rire de nouveau.

CAN-2013 / Les cancans de la CAN : Reproduction

AFP -  27/1/2013 -  Hasard du calendrier, l'opposition Côte d'Ivoire-Tunisie (3-0), samedi à Rustenburg, s'était déjà produite un 26 janvier, dans une CAN (en 1996), en Afrique du Sud (à Port Elizabeth). Mais la répétition s'arrête là, puisque les Aigles de Carthage avaient alors dominé les Eléphants 3-1.

CAN - Focus/ La phrase du jour: "L`arbitre ivoirien ne nous a pas aidés"

AFP -  24/1/2013 -  Le sélectionneur du Mali Patrice Carteron a pesté contre l'arbitre ivoirien Doue Noumandiez, qui, selon lui, aurait dû exclure le gardien des Black Stars, Abul-Fatawu Dauda, coupable d'une main en dehors de sa surface en début de rencontre. "Je ne veux pas faire de polémique mais je ne comprends pas pourquoi le gardien de l'Ethiopie a été exclu (face à la Zambie, ndlr) alors que là, le gardien ghanéen a lui aussi annihilé une action de but mais n'a récolté qu'un carton jaune", a-t-il expliqué.

CAN - Focus/ Le geste du jour: Le tee-shirt de Wakaso

AFP -  24/1/2013 -  Le milieu ghanéen Wakaso s'est particulièrement distingué contre le Mali. Auteur du penalty de la victoire (1-0), il a récolté un carton jaune pour avoir soulevé son maillot et découvert sur son tee-shirt le message "Allah is great (Allah est grand), message à caractère religieux prohibé par le règlement. Averti pour la 2e fois de la compétition, il sera suspendu pour le prochain match du 1er tour. Son geste n'a en tout cas pas été du goût de son sélectionneur James Appiah. "Je lui ai parlé à la mi-temps, ce n'était pas une bonne chose et il n'aurait pas dû faire cela, a-t-il déclaré. J'espère que cela servira de leçon aux autres joueurs".

CAN-2013 / Les cancans de la CAN : Vahid

AFP -  24/1/2013 -  A la sortie de la conférence de presse, il y eut un échange tendu entre Vahid Halilhodzic et un journaliste algérien, qui se plaignait du "manque de disponibilité" de la délégation des Fennecs vis-à-vis des 124 journalistes algériens venus à Rustenburg. "On fait tout ce qu'il y a dans le règlement, lui a objecté l'entraîneur. Qu'est-ce que vous voulez ? Vous voulez rentrer dans ma chambre ?" Le journaliste lui a alors reproché de privilégier la presse étrangère à la presse algérienne. "Je ne suis pas votre salarié, je fais ce que je veux !, a répliqué Halilhodzic. Vous me donnez des leçons de moralité ? C'est incroyable ça !" Et +Vahid+ de s'engouffrer dans sa voiture.

CAN-2013 / Les cancans de la CAN:Grosse fatigue

AFP -  24/1/2013 -  Le président de la Confédération africaine de football Issa Hayatou a été surpris mercredi par les caméras en train de somnoler lors du match Afrique du Sud-Angola (2-0). Coutumier de l'exercice, le Camerounais, âgé de 67 ans et qui briguera un 7e mandat à la tête de la CAF en mars, a été soudainement réveillé par son voisin au moment où son image apparaissait sur l'écran géant du stade.

Hamèye Founè seulement la victoire des Aigles

L’Indépendant -  23/1/2013 -  Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hamèye Founè, souhaite ardemment la victoire du Mali. Il n’arrive pas à se ressaisir de la belle victoire des Aigles face au Mena pourtant obtenue dans la douleur. Il ne veut pas que les autres équipes gagnent dans cette phase des matches de poule jusqu’à la deuxième journée. Il fait souvent même des prières pour cela. Sur six matches (lundi) seuls les Aigles ont réalisé une victoire et les cinq matches sont des nuls.

Armée malienne : L’autre forme de discrimination des bérets rouges

Le 26 Mars -  16/10/2012 -  Selon des sources dignes de foi, contrairement aux autres corps de l’armée, plusieurs soldats bérets rouges bien qu’ayant rejoint les rangs seraient sans salaires et cela depuis plus de trois mois. La perception des salaires est devenue pour ces soldats un parcours de combattant et notamment pour ceux qui n’ont pas de relations à… Kati.

Travailleurs radies de la fonction PUBLIQUE : Les victimes se mobilisent

Le 26 Mars -  16/10/2012 -  Ils sont au nombre de 163, ces jeunes travailleurs radiés de la fonction publique qui ont décidé de prendre leur destin en main. Pour cela ils ont constitué un groupe dénommé Collectif des jeunes touche pas à mon droit. Leur objectif est l’annulation pure et simple de la N° 2012/0001308 et l’Arrêté N°2012/2802 du 02 octobre 2012 du ministère de la Fonction publique.

Nord-Mali : La discrimination en marche

Le 26 Mars -  16/10/2012 -  L’aide humanitaire qui s’achemine en masse vers le nord malien ne fait pas l’objet d’un partage équitable. En effet, les terroristes n’octroient qu’une petite part aux populations noires notamment Belas. A titre d’exemple, les familles Belas ne reçoivent que 5 kilos de riz chacune contrairement aux autres familles de peau claire, qui reçoivent 25 kilos chacune

Confidentiel : Entreprises maliennes Plusieurs licenciements en vue

Le 26 Mars -  16/10/2012 -  Ainsi, la Société Africaine des Chaussures et Articles en Plastiques envisage de licencier 89 travailleurs. Malilait et la SODIMA envisagent également de faire partir une partie de son personnel. Ces licenciements en vue ont pour cause principale la grave crise qui secoue actuellement l’ensemble des entreprises maliennes. Et à noter que le groupe TOMOTA a déjà licencié plus de 100 personnes.

CHU-Gabriel Touré : Lasséni Konaté, le nouveau Directeur General

Autre presse -  11/10/2012 -  le Conseil des ministres a procédé hier à la nomination du médecin Lasséni Konaté Directeur Général du CHU-Gabriel Touré, à la place de Dr. Abdoulaye Nènè Coulibaly.

Crise Malienne : Un envoyé spécial du président François Hollande à Bamako ce matin

L’Indépendant -  4/9/2012 -  De sources crédibles, un envoyé spécial du président français, François Hollande, sera ce matin à Bamako. Il rencontrera les plus huâtes autorités de la transition et les membres du gouvernement A l`ordre du jour des échange, les questions relatives au terrorisme et à l`instégrisme islamique. La France, faut-il le rappeler, est prête à appuyer logistiquement toute intervention militaire pour libérer les régions nord du Mali occupées par des jihadistes depuis plusieurs mois. BDS

Mali : le choléra continue de sévir

Autre presse -  17/8/2012 -  Depuis le début de l’année, plus de 3000 cas et 65 décès ont été enregistrés. Au nord du Mali, près de la frontière avec le Niger, le Choléra prolifère à grande vitesse. Une épidémie qui s’ajoute à la malnutrition, les pluies et les déplacements de populations. Des facteurs qui contribuent largement à la prolifération de la maladie dans le Pays. 147 cas et 12 décès ont déjà été recensés depuis début juin.

Dibidani : enlèvement avorté du représentant de la FAO

Les Echos -  24/7/2012 -  Le fait s’est passé dimanche aux alentours du marché Dibida. Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Mali a échappé de justesse à un enlèvement. Toute de même, les auteurs de l’acte crapuleux sont parvenus à le faire descendre de son véhicule et à récupérer son téléphone portable avant de prendre la poudre d’escampette avec le véhicule et le téléphone. Aussitôt après leur départ, la victime a alerté les forces de sécurité qui ont immédiatement bouclé toutes les sorties du territoire. Les auteurs du forfait ont été contraints d’abandonner le véhicule sur le pont et de continuer leur chemin.

Orange-Mali : un cadre enlevé, mais retracé

Les Echos -  24/7/2012 -  La sécurité des personnes est loin d’être garantie ces temps-ci. Personne n’est à l’abri. De paisibles citoyens (opérateurs économiques, journalistes…) sont enlevés et violentés pour des raisons inavouées par des individus qui courent toujours. Et la liste des personnes à tabasser ou à enlever n’est pas close. Depuis dix jours, un cadre d’Orange-Mali est porté disparu. Ses parents ont beau se battre comme de beaux diables, ils n’ont que des bribes d’information sur lui. Il a été localisé dans un camp. Toutefois, on ignore les charges qui pèsent sur lui. Ce qui est sûr, c’est que l’homme était un assidu d’un dojo aux alentours du camp para de Djicoroni. Y a-t-il un lien de cause à effet après la reddition de l’ancien aide de camp du président déchu ? Ses proches veulent savoir de quoi il est accusé.

Camp I : des restrictions pour des visites

Les Echos -  24/7/2012 -  BRUITS SOURDS Les militaires arrêtés qui étaient anciennement internés à Kati, mais aujourd’hui détenus au Camp I ne savent plus à quel saint se vouer. Les principes de visite à leur niveau ont changé. Si avant leurs parents et autres connaissances pouvaient leur rendre visite deux fois dans la semaine, maintenant c’est seulement les dimanches de 9 h à 14 h au lieu de 9 h à 15 h initialement. Ce n’est pas tout. Chaque détenu a droit à la visite d’une personne et la durée ne dépasse guère 5 minutes. Les visiteurs rentrent par deux. Loin d’être au bout de leur calvaire, les détenus sont soumis à des fouilles corporelles incessantes.

Oumou Bah porte plainte contre Madjaré Dramé

Bamako Hebdo -  30/6/2012 -  La jeune et charmante animatrice de l’ORTM, Oumou Bah a porté plainte, hier, contre la chanteuse Madjaré Dramé devant le Camp 1 pour fausse accusation. On se rappelle que l’épouse de Modibo Gaucher avait accusée Oumou Bah d’avoir volé ses bijoux en or dans sa chambre alors qu’elle était partie interviewer son mari. A.B.H

Oumou Sangaré enchante le Festival de musique gnaoua d’Essaouira

Bamako Hebdo -  30/6/2012 -  Oumou Sangaré est l’une des stars présentes cette année au festival de musique gnaoua à Essouira. L’interprète de « Wassoulou » a commencé à chanter à l’âge de 5 ans avec l’objectif d’aider sa mère à nourrir sa famille. Aujourd’hui célèbre pour sa voix exceptionnelle, la chanteuse malienne a connu la notoriété dès l’âge de 21 ans. « Fantasia ». Ce mot désigne une course traditionnelle de chevaux fondée sur une approche spirituelle à l’instar de la musique gnaoua. Lors de cette course, plusieurs groupes de cavaliers vêtus d’habits traditionnels font galoper leurs chevaux tout restant alignés avec l’objectif de tirer un coup de feu synchronisé en direction du ciel. Inspirée des guerres auxquelles ont participées les Berbères, cette course rappelle la manière dont les soldats rentraient chez eux pour célébrer leur victoire.

Augmentation injustifiée du prix du kilogramme de viande : Le silence coupable du gouvernement

Le Matin -  28/6/2012 -  Le prix du kilo de viande était qui était vendu à 1800 F Cfa est passé depuis une semaine 1900 voire 2000 F Cfa sur certains marché de la capitale. Aucune explication convaincante n’a été fournie pour justifier cette augmentation du prix du kilogramme de viande. Les bouchers que nous avons approchés se contentent de dire que le prix du bétail a augmenté. Faux ! Selon un vendeur de ruminants. Vraisemblablement les bouchers n’en font qu’à leur tête, profitant de l’absence de l’Etat.

Au secours ! Au secours ! Au secours !: A Tombouctou, on applique « la charia » ou « une imposition ! »

Le Matin -  28/6/2012 -  En effet, le mercredi dernier, deux jeunes gens auraient reçu chacun cent (100) coups de fouet à Tombouctou. C’était la sentence prononcée par Ansar Eddine à l’encontre d’un jeune couple accusé de relations intimes adultérines en concubinage. Le couple a ensuite été marié de force selon les prescriptions de la charia. Cette sentence est surtout le point de départ de l’imposition effective de la loi islamique, prouvant qu’Iyad Ag Ghali et ses comparses sont décidés à faire ce qu’ils avaient dit. Et « la ville mystérieuse » n’est que le prélude, il faut étendre l’action aux autres régions conquises avant de s’attaquer au reste du pays. De l’avis de certains prêcheurs, Iyad et ses comparses n’appliquent pas la charia recommandée dans le saint coran, mais « une imposition ». A quand la fin de machiavélisme ?

Ibrahim Boubacar Kéïta par rapport à l’armée : « Nos soldats sont des braves. Mais, ils ont été trahis… »

Le Matin -  28/6/2012 -  Le président du Rassemblement pour le Mali (Rpm), a réitéré sa confiance à l’armée nationale de reconquérir le nord du Mali. Pour lui, nos soldats sont braves, mais ils ont été trahis par le régime d’ATT. Nos soldats sont les défenseurs de la nation, mais certains vivaient dans les conditions pénibles et d’autres dans le luxe, d’où le favoritisme dans l’armée. A l’en croire, ils ont été trahis et envoyer à la tuerie. Selon l’ancien Premier ministre, la reconquête des régions du nord doit être avant tout l’œuvre de nos vaillants soldats. Il est farouchement opposé à la décision de la Cedeao, qui consiste à envoyer 3300 militaires au Mali pour sécuriser les institutions de la République à Bamako et pour épauler nos soldats dans une éventuelle reconquête du nord. Car, selon lui, on a vu ce que valent ces forces. En citant, comme exemple les cas de la Palestine, de l’est du Congo (Kivu)…

Après près de 2 mois de purgatoire au siège de la junte à Kati : Les 48 militaires transférés à la Gendarmerie du Camp I

Le Matin -  28/6/2012 -  Après près de deux mois de purgatoire au siège de la junte à Kati où ils étaient détenus dans des conditions difficiles, les officiers, sous officiers et hommes de rang viennent de voir leurs conditions s’améliorer nettement. Car, ils ont été transférés, dimanche dernier, à la Gendarmerie du Camp I de Bamako. Selon des sources concordantes, c’est grâce à l’insistance du ministre de la justice, Garde des Sceaux, Malick Coulibaly, que les 48 officiers, sous officiers et hommes de rang détenus à Kati viennent tous d’être transférés à la Gendarmerie du Camp I de Bamako. Comment pouvait-il en être autrement d’ailleurs si on sait que ce dossier fait l’objet d’une information judiciaire au niveau du parquet près le tribunal de première instance de la commune III du District de Bamako et qu’un juge d’instruction chargé de ce dossier a même commencé les inculpations.

ORTM : Bally Idrassa Sissoko emporté par une Aïssata-gate

Aurore -  26/6/2012 -  Le très emblématique DG de l’ORTM, Bally Idrissa Cissoko, n’a finalement pu résister à ce qu’il convient de désigner sous le vocable »Aïssatagate ». Comme le scandale de »Monicagate » aux Etats-Unis, l’affaire a secoué l’opinion et le microcosme médiatique malien stupéfaits devant une malencontreuse intrusion du chef du Gouvernement dans le fonctionnement interne des médias publics. Cheick M. Diarra avait certes le droit à la préférence comme ses prédécesseurs, mais il a le tort de jeter son dévolu sur une »mignonne gonzesse » parmi la panoplie de compétences dont regorge la télévision publique. Que l’affaire soit ébruitée et portée sur la scène publique est certes une autre paire de manche, mais là, curieusement, cela tient également au fait que le vent emporte le DG au profit de sa subalterne, laquelle aura tout de même grand mal à se débarrasser d’une étiquette aussi adhésive que les soupçons d’un flirt avec le PM. Quoi qu’il en soit, l’épisode est une péripétie, parmi tant d’autres, du grand retour à la vielle époque du totalitarisme, où certains pouvoirs n’ont de valeur que par ceux dont ils découlent.

La junte en action :Un frère de Hamidou Sissoko « Man » poursuivi et tiré à bout portant

Aurore -  26/6/2012 -  S’il est un officier des forces armées et de sécurité persécuté par la junte, c’est sans doute l’ancien chef d’Etat-major particulier d’ATT, en détention actuellement à Kati. Faute de pouvoir mettre la main sur ses deux enfants vraisemblablement en cavale, des éléments du CNRDRE s’en sont pris à son frère comme pour afficher une volonté implacable d’en découdre avec sa famille. Il s’agit, selon nos sources, d’un béret-rouge, qui a pendant longtemps assuré la garde rapprochée de l’ancienne commissaire à la Sécurité Alimentaire, Mme Nana Yaya Haïdara. Jeudi après-midi, les habitants et passants de la zone de Hamdallaye ACI ont été médusés devant une course-poursuite en pleine rue engagée par des éléments armés contre l’intéressé. Il nous revient qu’il a été finalement rattrapé aux abords du siège du PDES, après avoir pris en pleine jambe une balle tirée à bout portant par un de ses poursuivants. Ces derniers ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Ils ont également roué de coups leur cible avant de le conduire à une destination inconnue.

TQO (D): Le Canada corrige le Mali

Autre presse -  26/6/2012 -  23, c`est le nombre de points inscrits par le Mali face au Canada (89-23), lundi soir, dans le groupe D du tournoi de qualification olympique féminin qui se déroule cette semaine à Ankara (Turquie) et doit attribuer cinq places pour les JO 2012, à Londres. La France, qui affrontera ces deux équipes, n`aura donc a priori rien à craindre face aux Maliennes, mais devra tout de même se méfier des Canadiennes, ses premières adversaires mardi. Dans les autres rencontres, la Croatie a dominé le Mozambique (84-62), la République tchèque s`est imposée face à la Nouvelle-Zélande (70-51) et la Turquie s`est offert Porto Rico (65-53). Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les quarts de finale de ce TQO.

Afforou Daou, l’Homme a tout faire d’Att, traqué par les limiers de la sécurité intérieure.

Le Prétoire -  11/6/2012 -  Depuis la chute d’ATT, aucune chasse aux sorcières n’avait été entamée. Tout le monde a vaqué a ses occupations, après l’intermède de l’arrestation des dignitaires de l’ancien régime jusque au coup de force manqué des partisans zélés de l’ancien Président en fuite. Parmi les proches qui font le va et vient entre DAKAR et BAMAKO, figurent AFFOUROU DAOU, un homme à tout faire du Président, et ceci depuis la transition. La sécurité intérieure l’a interpellé pour faire toute la lumière sur ces agissements suspects depuis la fuite d’Att au Sénégal. Affourou Daou serait une mine de renseignements que la sécurité veut exploiter pour contrer la menace qui pèse sur la transition.

Aéroport Bamako-Senou: Des militaires bloquent le Président Traoré

Le 26 Mars -  29/5/2012 -  Parti pour prendre son avion à destination de Paris afin de subir des examens médicaux, le Président Traoré a été bloqué pendant deux heures par des militaires le mercredi 23 mai dernier vers le petit soir. Il a fallu que ceux-ci reçoivent des instructions du Premier Ministre pour qu’enfin, le Président de la Transition puisse monter à bord de son avion. Sur instruction de qui ont-ils agis ? Que feront-ils au retour du Président ? La Rédaction

Confidentiel : Occupations des régions Nord par des bandes armées – Des réfugiés vendent leurs maisons

Le 26 Mars -  29/5/2012 -  Depuis quelques jours, certains ressortissants des régions nord du Mali proposent à qui le souhaite la vente de leurs domiciles à Tombouctou, Gao et autres localités. Munis dans certains cas de titres fonciers, ces compatriotes proposent des maisons pour 400.000 ou 500.000 francs CFA. Les terrains nus sont proposés entre 50.000 et 75.000 francs CFA les 400 m2. Le désespoir de nos compatriotes du nord en déplacement vers le sud a atteint son comble. Il y a urgence.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase !

Le Matin -  18/5/2012 -  La nuit du dimanche 13 mai, des islamistes armés appelés Moudjahidines, ont fait irruption dans des concessions à Gao pour casser des jeux vidéo et des postes téléviseurs. Ils ne se sont pas arrêtés là ; ils ont également administré des coups de cravaches à des jeunes qui jouaient. Car pour eux tout était ‘’harame’’ (interdit en Arabe). Le lundi 14 mai dernier, les jeunes ont décidé d’aller voir les notables pour leur demander d’intervenir auprès de ces mouvements islamistes (Mudjao et Ançar-dine). Remontés à bloc, les jeunes n’ont pas daigné attendre la réponse, ils se sont regroupés très rapidement pour manifester publiquement leur mécontentement. A.Touré